Alors les deux hommes abandonnerent les chevaux a eux-memes, enfoncerent le canon de leurs fusils dans


C’est un peu loin, ca prend du temps, mais je suis venu. Je souhaite, avait replique le gendarme, de n’avoir pas un jour a vous prouver le contraire. Or, l’homme dont vous me denoncez la trahison, trahison, je me hate d’en convenir avec vous, tellement flagrante, qu’il ne peut exister le plus leger doute a cet egard; cet homme non seulement est Espagnol et porteur d’un grand nom, mais encore il m’a ete personnellement recommande par l’ambassadeur lui-meme, dont, j’en suis convaincu, la religion a ete surprise et qui a ete le premier trompe en cette circonstance. C’est mon fils! dit-il. . Eh bien! Qui as-tu cru reconnaitre? –Vous ne me croirez pas, si je vous dis que c’etait don Antonio Cacerbar, mon ancien blesse. Cet horrible athlete avait des moeurs dignes des anciens dieux de Rome et de la Grece.

et je ne veux pas la manquer. Aujourd’hui? fit celui-ci ahuri de cette question a laquelle il ne s’attendait pas du tout. A la tombee de la nuit, elle s’arreta, brisee de fatigue, sur un petit pont en bois jete sur la riviere qui s’engouffrait avec un fracas lugubre au fond des rocs pointus. ils arrivent! ils arrivent! On entendait maintenant le bruit d’un double trot.

. Bien que ce mot eut ete prononce d’une voix assez douce, cependant l’effet qu’il produisit sur le guerillero fut immense. Vers six heures du soir il rentra chez lui; sa parole etait degagee, il avait remis a la mere et a la soeur de don Felipe la fortune dont un coup de couteau les avait rendues si a l’improviste heritieres.

Berdot parle au chef de poste; celui-ci grogne un commandement. Mon Dieu! tu n’es pas tres blanc toi-meme, dit finement Maurin en clignant de l’oeil vers Caboufigue, comme pour lui faire avouer la noirceur de son ame.

. Nous avons deja eu l’occasion d’expliquer comment chaque etat de la Confederation mexicaine, demeurant possesseur des deniers publics en temps de revolution, le gouvernement, siegeant a Mexico, se trouve presque continuellement dans une penurie complete, parce qu’il ne peut disposer que des fonds meme de l’etat de Mexico, tandis que ses competiteurs, au contraire, battant sans cesse la campagne dans tous les sens, non seulement y arretent les conductas de plata et s’en approprient les valeurs souvent fort considerables sans nuls remords, mais encore pillent les caisses de tous les etats ou ils penetrent, enlevent l’argent sans le moindre scrupule et se trouvent ainsi en mesure de soutenir la guerre sans desavantage.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.